Radio gaga

Il était une fois un intoxiqué de la radio…

Mes plus anciens souvenirs sont toujours accompagnés par un fond sonore. Petit, dès que je me levais pour aller à l’école, la radio était allumée. Lorsque je rentrais de l’école, la radio était allumée. Je me souviens de la Lettre à Élise qui servait de générique à une émission l’après-midi et que j’entendais le jeudi après-midi puisqu’il n’y avait pas école… Je me souviens de mes parents en mai 68, attentifs aux infos, sur le poste de radio branché sur Europe numéro 1, puisque la télé était en grève. C’est à cette époque-là que l’on est passé sur Radio Luxembourg, car les journalistes d’Europe étaient trop « gauchistes » pour mes parents qui restaient gaullistes par conviction, au milieu de la tourmente de ce mois de mai…

J’ai gardé cette habitude d’avoir une radio près de moi, lorsque j’ai pris mon envol et que j’ai quitté la maison. RTL m’a accompagné pendant mes longues nuits d’étudiant. J’ai un souvenir très précis de ces heures passées à taper mon mémoire de maitrise sur une machine à écrire, en trois exemplaires avec les carbones à bien positionner, dont il fallait contrôler la « fraicheur » pour garder une lisibilité acceptable aux bout de 30 ou 40 pages… Je me couchais tard. Ou tôt si l’on préfère… Je travaillais tard, je me couchais vers 2 heures du matin. Je travaillais et je m’endormais avec les Nocturnes d’RTL… Cette émission a fait mon éducation rock, j’avais presque 25 ans. Springsteen, Lou Reed, Patti Smith, Pat Benatar, Lene Lovich, les Eagles, Toto et Status Quo ont été mes compagnons de nuit…

Générique des Nocturnes

C’est à cette époque que j’ai découvert le bonheur procuré par les radio-réveils. S’endormir et se lever accompagné par la radio, sans avoir rien à faire d’autre que de programmer l’appareil… Et pester parce que, même le dimanche, la radio s’allumait toute seule, à 6:35…

Tous les 2 ou 3 ans, je demandais à mes parents de m’offrir un nouveau radio-réveil pour Noël… Toujours mieux. Avec deux alarmes programmables… Avec de meilleurs hauts-parleurs… Avec un affichage à luminosité variable… Avec un lecteur CD…

Il y a un an de ça, la radio était encore la compagne de mes pseudo-insomnies. Ces dernières années de proviseur ont été nerveusement très difficiles. La peur de mal faire, d’oublier quelque chose d’important, de laisser l’impression que j’étais en pré-retraite… Je rentrais le soir stressé. Je mangeais des pâtes préparées à la va-vite, stressé… Je me jetais dans mon fauteuil et regardais la télé, stressé. Je m’endormais devant la télé et je me réveillais en sursaut vers 2 ou 3 heures du matin. Les épaules nouées, le dos bloqué, les genoux rouillés parce qu’un fauteuil n’est pas fait pour dormir. A tâtons je regagnais mon lit… Un geste machinal pour allumer le radio-réveil, appuyer trois fois sur le bouton pour faire défiler la minuterie sur 90, 60, 30 minutes et m’endormir avec les conneries débitées sur Rire-et-Chansons…

La radio est une de mes drogues. Encore aujourd’hui. Me réveiller avec les infos… Me doucher avec l’invité d’Alba Ventura… Petit-déjeuner avec les chroniqueurs de Laissez vous tenter… Passer la journée et m’endormir avec Rire-et-Chansons… Quand je suis en voiture, RFM ou Chérie FM… Je suis un radio-gaga…

Ce billet est ma participation au jeu « Inktober with a keyboard », initié par Kozlika Mot du jour : « Radio »)

Une réflexion au sujet de « Radio gaga »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s