L’oiseau de mauvais augure

Il était une fois un monde qui marchait sur la tête…

Heureusement que je ne suis pas américain, je serais en PLS depuis 4 ans et sous respirateur depuis mardi… Comment a-t-on pu survivre à 4 ans de Trump ?

En même temps je suis bien conscient qu’il est très facile et confortable de critiquer les américains tranquillement assis dans mon fauteuil de retraité marseillais…

Trump concentre tout ce que je n’aime pas, à la fois dans ce qu’il montre, dans ce qu’il fait, dans ce qu’il dit, mais également dans ce qu’il évoque. Le menton mussolinien, le verbe arrogant du bateleur, la brutalité du prédateur, l’outrecuidance de l’imbécile, la gestuelle agressive, le vocabulaire pauvre du populiste…

Sa seule signature concentre tout ce qui doit inquiéter : illisible mais agressive et acérée comme un poignard brandi pour déchiqueter les contrats, les traités et les engagements…

Son élection m’avait sidéré, elle était arrivée d’une façon si inattendue après ce que les « milieux bien informés » et les sondages prédisaient. Mais elle semblait après coup compréhensible, sinon évidente, car dans un monde qui marche sur la tête depuis plusieurs décennies, les affirmations simplistes pouvaient séduire. Après tout, les sectes, les guérisseurs et les rebouteux de tout poil font leur lit dans la détresse des crédules. Quand tout va mal, la souffrance et le désespoir font que l’on préfère parfois écouter les réponses miraculeuses, qui permettent de rêver et d’espérer plutôt que d’écouter et d’accepter les approches raisonnables, sensées, argumentées et crédibles…

Ce qui me fait peur c’est de constater aujourd’hui qu’il y a encore tant d’américains pour qui Trump est crédible, qu’il reste « the right man at the right place » et qu’ils réclament, malgré les cimetières qui se remplissent, « four more years » avec celui que je qualifie, de ce côté-ci de l’Atlantique, de sinistre pantin…

C’est bien connu qu’en France on n’est pas aussi cons que les amerloques. Nous, le pays des Lumières…

Mais nous, on a quand même la famille Le Pen, Robert Ménard, Gilbert Collard et Eric Zemmour. Mais aussi Ludivine de la Rochère, Agnès Thill et Christine Boutin. Et la petite musique aigrelette et discordante qu’ils distillent depuis de nombreuses années s’est transformée peu un peu en fanfare, en symphonie, en opéra grandiose et effrayant…

Une discussion téléphonique avec un ami, après quelques tweets maladroits qui l’ont fait réagir, m’a obligé à admettre que les personnes en qui j’avais placé tant d’espoir il y a 3 ans – parce que j’ai voté pour elles, président et député, par conviction et non pas par rejet de l’autre – sont de plus en plus difficiles à soutenir. Que la politique au quotidien qu’ils mènent est de plus en plus en discordance avec les paroles officielles… Le discours tenu à l’époque de la campagne présidentielle n’était pas enthousiasmant, au sens où il ne flattait pas les instincts primaires et superficiels qui sommeillent en chacun de nous… Non… Il me semble que le candidat-devenu-président faisait l’effort de parler à la raison, si ce n’est à l’intelligence des français… Là était LA différence avec sa concurrente nauséabonde.

Et puis au fil des mois, les actes, les mots, les décisions…

Alors finalement, qu’est-ce qui est le plus dangereux pour l’esprit ? Se vautrer consciemment dans la fange ou accepter de se laisser enfumer comme un vulgaire animal au fond de son terrier et finalement peut-être, mettre des lunettes à paillettes devant ses yeux pour échapper à la réalité ?

Il parait que ce qui se passe aux USA arrive toujours, avec quelques années de retard, en France. Il en a été ainsi pour les bas nylon, le Coca, le Mac Do et les airbags dans les voitures.

Je me demande s’il est encore temps…

Ce billet est ma participation au jeu « Inktober with a keyboard », initié par Kozlika – Mot du jour : « De mauvais augure, menaçant, inquiétant »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s