Ceci n’est pas une pipe

Il était une fois un amateur de BD et de fellation…

Non, ce billet ne sera pornographique (enfin, je crois !), il me permet benoitement, sous couvert de parler de BD de parler d’une pratique qui permet de créer du lien social… oralement certes mais sans le risque de laisser les mots dépasser sa pensée…

Alors oui, j’aime la BD et j’aime la pipe, mais là n’est pas le principal. Lorsque j’ai vu ce bouquin à la FNAC, je me suis dit que cette anthologie était faite pour moi. Au moment d’attraper le livre, j’ai secrètement regretté qu’un employé facétieux n’ait pas eu l’idée de le positionner sur un présentoir à côté de Boule et Bill ou de la série des Pompiers de Stédo et Cazenove…

Comme toute anthologie qui se respecte, ce livre compile des planches d’une soixantaine d’auteurs après un chapitre passionnant sur la représentation de la fellation depuis les temps antiques, en passant par l’art « classique » jusqu’à l’époque actuelle et sa place dans la bande dessinée.

Au-delà du « plaisir » de la lecture, j’ai refermé le livre avec quelques réflexions en tête.

D’abord sur 60 œuvres présentées, une seule représente le sexe gay. Les auteurs le disent eux-mêmes : le fantasme gay est rarement représenté. Ils citent Tom of Finland et saluent la maison d’édition H&O et quelques-uns des auteurs qu’elle a publiés (Tim Fish, Patrick Fillion, Gengoroh Tagame, Benoit Prévot…) mais ne présentent des planches extraites d’une seule œuvre, Les aventures de Timmy de Roscoe. Mais bon… Hétéro ou homo, un sexe reste un sexe, même s’il en est des formes comme de la dextérité ou de la précision du trait pour le dessiner. Selon les auteurs, le dessin est plus ou moins… léché. Comme dans la vraie vie en quelque sorte.

Ce qui m’a le plus troublé, c’est la place de la fellation dans la relation mise en scène dans ces BD, je le rappelle, majoritairement hétéros.

J’ai pour ma part une approche très festive, ludique, gourmande, jubilatoire, je dirais même jouissive de la fellation… Or, dans plus de la moitié des planches dessinées présentées dans cette anthologie, pas de légèreté, pas d’insouciance, encore moins d’amour ou de plaisir partagé… La pipe est une manifestation de domination, d’asservissement voire d’humiliation. La pipe est imposée, elle montre que l’homme a le pouvoir. Dans certains extraits la préparation de l’acte s’accompagne de dialogues du style « Ferme-la, tais-toi et suce ! »

Évidemment les psychanalystes ont depuis longtemps théorisé sur la symbolique de l’acte sexuel, de la pénétration et de ce que cela a créé en termes de construction sociale et de façonnement des rapports hommes/femmes. Je savais que cela faisait partie de l’imagerie traditionnelle mais voir, en tournant les pages du livre la réitération systématique de cette mise en scène reproduisant immanquablement le rapport dominant / dominée, donc de l’homme supérieur à la femme a fini par me mettre un tantinet mal à l’aise. Je me suis suis retrouvé plus gêné qu’excité finalement…

D’un autre côté, lorsque la femme ou la jeune fille est « demandeuse », lorsque c’est elle propose, qui suggère ou offre la faveur sexuelle, il s’agit très souvent dans ces planches dessinées d’une provocation, d’une transgression, de la volonté de s’afficher comme une femme de mauvaise vie, un rebut de la société, disons-le, comme une salope. C’est elle qui recherche le geste qui – tel qu’il est présente et scénarisé – va la dégrader, la souiller à ses propres yeux, autant qu’aux yeux des acteurs mâles. Et c’est assumé. Elle est d’autant plus satisfaite de sa recherche de l’avilissement que le sexe qu’elle va engloutir est énorme, souvent le plus gros qu’elle a jamais vu précise-elle avant de se jeter goulument dessus… Plus c’est gros plus ça passe, à grands renforts de slurp et de mmmmfff étouffés. A contrario il n’y a pas ou peu de situations dans lesquelles le fait de proposer une gâterie à l’homme est présentée comme une prise de pouvoir : je te suce, je fais de toi ma chose, mon obligé, je te renvoie à un statut de bite à sucer, je t’enlève ton pouvoir… Et pourtant, on voit bien que c’est la femme qui prend les choses en mains… que c’est elle qui a le pouvoir de manipuler l’homme devenu objet et esclave de sa teub…

Dernier volet de cette imagerie sur papier glacé, la représentation des hommes. Dans la majorité des cas, ils sont moches, ils sont vieux, ils sont retors. Ils ont siuvznt une représentation viciée de l’amour et sont vicieux. Ils représentent une population masculine dépourvue d’empathie, de respect pour la femme qu’ils mettent à leurs genoux, mais aussi de respect pour eux-mêmes. Ils jouissent sans bonheur mais avec brutalité, avec bestialité, avec bruit. Seule la combinaison pouvoir et grosse teub leur permet d’obtenir, d’acheter, d’exiger, d’extorquer des faveurs féminines. Triste vision du monde…

Je suis bien conscient que dans ce style de BD, tout est fantasme et caricature mais… Est-ce que ça suffit pour dénoncer ? Ce qui reste de toutes ces images, une fois le livre refermé est un peu perturbant en ce qu’il consacre le sexe comme symbole de domination sur l’autre et non pas comme symbole ultime du partage. Ça… Ça laisse un goût amer dans la bouche !

Voilà, c’était ma consultation du dimanche matin. Une ‘tite pipe et au lit, vous pouvez retourner dans la vraie vie.

2 réflexions au sujet de « Ceci n’est pas une pipe »

    • Évidemment, on met son propre filtre sur les images… Je n’aurais peut-être pas eu la même lecture il y a 10 ans.
      Quant à ma façon s’appréhender et de comprendre les comportements d’élèves, elle était faussée, biaisée. Le filtre « évaluatif » m’empêchait de rentrer vraiment dans leur vie d’ados…

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s